Skip to main content

Panier

L'actu de PRS

Grossesse : vers une 4e échographie à 36 semaines ?

By 22 juillet 2019No Comments
réparation de sonde ETO

Notre laboratoire de réparation de sonde ETO vous a déjà parlé de l’importance de l’échographie du 2e trimestre. Mais ce n’est pas la seule qui compte ! En effet, des chercheurs britanniques des Universités de Cambridge et d’East Anglia publient, le 16 avril 2019, une étude dans la revue PLOS Medicine. Au-delà de l’échographie du 3e trimestre réalisée entre la 31e et la 33e semaine de grossesse, l’étude prône une 4e échographie au cours de la 36e semaine.

L’étude

Les chercheurs suivent 3 879 femmes enceintes. Ils effectuent une échographie à 36 semaines de gestation. Dans 4,6% des cas, soit 179 femmes, le bébé se trouve en position de siège. Pour 96 d’entre elles, cette position n’avait pas été détectée auparavant. Une tentative de retournement est pratiquée chez 84 femmes mais n’a réussi que chez 12. En raison des complications qui peuvent apparaître à l’accouchement, ces 179 femmes ont demandé une césarienne.

Nombreux avantages

Le docteur Ed Wilson, un des chercheurs de l’étude, estime «qu’un examen de routine au Royaume-Uni pourrait éviter environ 15 000 présentations par siège non diagnostiquées, plus de 4 000 césariennes d’urgence et entre 7 et 8 décès de bébés par an». Un fœtus peut changer de place tout au long de la grossesse. Toutefois les médecins estiment qu’à partir de 36 semaines de gestation les chances sont infimes.
Le docteur Wilson ajoute que cette échographie aurait aussi des bienfaits économiques. En effet, estimée à 12,90 £, elle permet d’éviter des risques qui coûtent cher au moment de l’accouchement.


L’échographie à 36 semaines de gestation apporte, donc, de réels avantages contrairement à l’échographie 3D jugée “de confort”. D’ailleurs notre laboratoire de réparation de sonde ETO vous en a déjà parlé sur son blog.
En revanche d’autres échographies, comme celle du 3e trimestre, sont remises en cause à l’étranger, notamment au  Québec. Mais là, c’est un autre débat !