Skip to main content

Panier

L'actu de PRS

Québec : l’échographie du 3e trimestre remise en question

By 28 juin 2017No Comments

sonde échographiqueLa semaine dernière sur notre blog, nous mettions en lumière dans cet article ce que révèle une sonde échographique au 3e trimestre. Aujourd’hui, PRS France prend un peu de hauteur sur le sujet. Comment ? En vous informant de ce qui se passe au Québec sur la question. En effet, un comité d’évaluation du CHU de la ville de Québec a récemment recommandé de ne plus pratiquer cette fameuse échographie du troisième trimestre… Pour les grossesses dite « normale« .

Eviter les automatismes

S’il n’est pas question de remettre en cause les échographies du 1er et 2e trimestre, le comité du CHU de Québec explique sa position en affirmant que cela « n’apporterait pas de bénéfice significatif pour la mère ou l’enfant« . La sonde échographique serait-elle devenue obsolète ? Le porte-parole du CHU précise : « Le but n’est pas de couper des soins, mais d’amener les cliniciens à éviter les automatismes et à se poser des questions sur la pertinence de ce type d’examen au troisième trimestre d’une grossesse normale qui ne présente pas d’indications particulières. En tout temps, les échographies obstétricales sont faites lorsque c’est nécessaire« .

Contexte

Il faut rappeler le contexte particulier, et la crise surtout, que le Québec vient de traverser début 2017 concernant l’imagerie médicale (à lire dans cet article). En effet, le Québec a voulu rendre gratuit les examens d’imagerie médicale. Ceci afin de lutter contre un délai d’attente « catastrophique ». D’ailleurs le comité annonce que cette décision devrait faire baisser de 5000 le nombre d’échographies obstétricales annuelles au CHU de Québec.

Divergences

La proposition provoque le débat. Alors que les gynécologues-obstétriciens ne sont pas d’accord avec les médecins généralistes vis-à-vis de la conduite à tenir. Les femmes enceintes suivies au CHU de Québec sont en revanche en première ligne de l’opposition. Selon une majorité d’entre elles (86%), cette idée n’est tout simplement « pas acceptable« . Enfin l’UETMIS* est en accord avec le fait qu’il faut mieux encadrer le suivi des grossesses normales… Sans pour autant préciser sa position concernant la proposition du comité d’évaluation.

* Unité d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé