Skip to main content

Panier

L'actu de PRS

Notre newsletter de septembre 2019

By 25 septembre 2019No Comments

Pour cette rentrée 2019, PRS France a le plaisir de vous annoncer l’arrivée du nouveau laveur désinfecteur pour le traitement de vos sondes d’échographie endocavitaire et transœsophagienne.

Un système de désinfection entièrement automatisé !

C’est une solution complète pour la sécurité de vos patients, de votre personnel et de vos sondes.

Vous souhaitez en savoir davantage ? Contactez votre commercial PRS.

Vous voulez en savoir plus sur nos capacités de réparation et nos services ?

Cliquez ici

Contexte

Ce nouveau laveur désinfecteur pour le traitement de vos sondes d’échographie endocavitaire et transoesophagienne arrive dans un contexte particulier. En effet « un rapport du Ministère des Solidarités et de la Santé du 26 mars 2019 préconise que la désinfection des sondes échographiques endocavitaires se fasse, à partir de maintenant, après chaque examen« .

A lire

Pour en savoir plus sur ce rapport, PRS France vous recommande de lire cet article. Voilà ce que nous en disions en avril dernier : « Ce nouveau rapport s’inscrit dans la continuité. En effet, selon un ancien rapport, du 25 octobre 2018, le niveau de désinfection était trop bas… Jusqu’à présent les sondes échographiques endocavitaires étaient désinfectées entièrement une fois par jour. Entre deux patients, elles étaient nettoyées avec des lingettes anti-bactériennes et la gaine était changée.
Aujourd’hui, avec les recommandations de ce rapport, la désinfection complète entre chaque patient devient la norme ! Comme le précise Pierre Parneix, Président de la SF2H et auteur du rapport : les recommandations des autorités ont valeur de règle. Ce n’est pas chacun fait ce qu’il veut ».

Le saviez-vous ?

« En France, il y a plus de 4 millions de personnes par an qui passent un examen faisant appel à des sondes échographiques endocavitaires.
Pour les femmes, il y a les échographies vaginales au cours de la grossesse. Mais aussi le diagnostic d’endométriose et les maladies de l’ovaire. Pour les hommes, cela concerne essentiellement les échographies rectales pour la surveillance de la vessie et de la prostate.
Et c’est sans compter plus largement les échographies transoesophagiennes.«