Skip to main content

Panier

L'actu de PRS

Le Citadoc de mars 2019

By 20 mars 2019No Comments
sondes échographiques 2d

Citadoc est un magazine à destination des médecins généralistes. En parcourant l’édition de mars 2019, notre laboratoire expert en réparation de sondes échographiques 2D est tombé sur un dossier sur l’imagerie médicale. Forcément ce coup de projecteur a retenu notre attention.

L’imagerie pour différents usages

Ainsi Citadoc aborde 8 situations à travers desquelles il est question d’imagerie médicale :
– La maltraitance physique de l’enfant.
– Les infiltrations rachidiennes sous contrôle scanner.
– Les infiltrations ostéo-articulaires.
– Le body-scanner et patient polytraumatisé.
– La radiologie interventionnelle.
– Le rôle du radiologue dans l’accident vasculaire cérébral.
– Le point sur l’IRM mammaire.
– La colonoscopie virtuelle.

Et l’échographie dans tout ça ?

Infiltration de la bourse sous-acromio-deltoïdienne sous contrôle échographique

Bien entendu les sondes échographiques 2D n’interviennent pas dans l’ensemble de ces 8 situations. Toutefois l’échographie est souvent présente.

Dans le cas d’une IRM mammaire, par exemple, Citadoc rappelle que : « L’IRM des seins est une technique très performante pour la détection et l’évaluation des tumeurs. Elle ne remplace pas la mammographie ni l’échographie et ne constitue pas un examen systématique du diagnostic du cancer du sein. Il s’agit d’un examen de seconde intention, d’un outil supplémentaire que l’on emploie dans des indications précises« .

Si les infiltrations articulaires se réalisent sous contrôle radioscopique, les infiltrations non-articulaires le sont sous contrôle échographique. « Le contrôle radioscopique ou échographique permet de visualiser parfaitement la région anatomique à traiter, d’éviter les injections délétères dans les tendons et donc de réaliser avec précision une injection d’un produit thérapeutique« . Par ailleurs les sondes échographiques 2D, en plus d’être non irradiantes permettent : « de visualiser parfaitement les structures à soigner et, d’autre part, d’éviter des structures telles que les vaisseaux et les nerfs non détectables en radioscopie« .

Enfin l’échographie peut permettre dans certaines situations de déceler des cas de maltraitance chez l’enfant. Mais là il s’agit d’un sujet beaucoup plus large que notre laboratoire expert en réparations de sondes échographiques 2D abordera prochainement dans son blog.