Skip to main content

Panier

L'actu de PRS

Comment désinfecter vos sondes ETO et endocavitaires ? partie 1/2

By 29 octobre 2019février 15th, 2022No Comments
sondes ETO

Le laveur-désinfecteur SD 50 pour les sondes ETO

Depuis mars 2019, le Ministère des Solidarités et de la Santé préconise que la désinfection des sondes ETO et endocavitaires se fasse après chaque examen. Le rapport du Ministère évoque deux types de procédés : la désinfection automatisée et la désinfection non automatique. Entre les deux méthodes, nous vous recommandons fortement la désinfection automatisée… Et nous vous expliquons aujourd’hui pourquoi !

Les procédés de désinfection automatisés

Comme son nom l’indique, c’est une solution qui permet de laver et désinfecter en toute sécurité vos sondes ETO et endocavitaires. Si le rapport du Ministère se base sur la sécurité des patients, notre décision de préférer ce type de désinfection s’appuie sur cette même sécurité pour eux… Mais aussi pour la sécurité des opérateurs et de votre matériel. C’est d’ailleurs pourquoi notre laboratoire expert en réparation et maintenance de sondes ETO et sondes endocavitaires commercialise désormais deux types de laveur-désinfecteur !

SD 50 pour les sondes ETO & SD 64 pour les sondes endocavitaires

Le SD 50 et le SD 64 sont bien entendu conformes aux recommandations du Ministère de la Santé du 25 mars 2019. De fabrication française, ils sont certifiés CE MDD Classe IIB et ISO 15883-4. Pour en savoir plus sur l’un et l’autre, nous vous invitons à lire notre plaquette du SD 50 et du SD 64.

Sécurité du patient

– Lavage et désinfection entièrement automatisés.
– Double nettoyage avec un détergent.
– Couple machine / produits de lavage et de désinfection conformes aux recommandations du 25 mars 2019.
– Respect du temps de contact, et de la concentration du produit de lavage et de désinfection pour une efficacité maximum.
– Désinfection de haut niveau.
– Traçabilité des désinfections.

sondes ETO

Le laveur-désinfecteur SD 64 pour les sondes endocavitaires

Sécurité du matériel

– Test de courant de fuite intégré.
– Respect des temps de contact avec le désinfectant.
– Désinfection à l’acide peracétique (APA) conformément à la norme en vigueur.
– Matériel préservé : élimination des risques de noyade des sondes (la poignée de contrôle et le connecteur ne peuvent pas être immergés accidentellement).
– Possibilité de stockage en fin de programme dans SD50 une fois le processus achevé.

Sécurité du personnel

– Plus de manipulation de produits toxiques ou irritants.
– Pas d’émanation de vapeurs toxiques.
– Réduction du temps du personnel (procédure entièrement automatisée).

Les procédés de désinfection non automatiques

Cette seconde méthode offre moins de garanties vis-à-vis des problèmes visibles ou invisibles que rencontrent 20 à 25% des sondes échographiques en France. C’est d’ailleurs pour cette raison notamment que nous ne l’avons pas retenu. Et nous vous expliquons, dans notre blog, pourquoi dès la semaine prochaine !

Vous voulez en savoir plus sur nos laveurs-désinfecteurs ? Contactez-nous !