Skip to main content

Panier

Le monde de la santé

Diagnostiquer l’endométriose grâce à un simple test salivaire ?

By 3 juillet 2022juillet 7th, 2022No Comments
laboratoire réparations sondes

laboratoire réparations sondesEn février 2022, l’annonce de la start-up lyonnaise Ziwig a fait grand bruit. En effet la société annonçait avoir mis au point un dépistage de l’endométriose au moyen d’un simple test salivaire… Avec en prime un taux de fiabilité de près de 100%. Mais qu’en est-il quelques mois plus tard ? L’endométriose qui peut se diagnostiquer grâce à une échographie est une question dont PRS Healthcare suit régulièrement l’évolution. Ainsi notre laboratoire de réparations de sondes a voulu en savoir plus.

L’annonce en février 2022

L’endométriose est trop souvent l’histoire d’un parcours du combattant(e). Le savez-vous ? En moyenne, une patiente doit attendre sept ans avant qu’un diagnostic soit posé. Ainsi à l’annonce d’un test salivaire qui serait fiable à 96% ressemblait à un miracle scientifique pour les professionnels de santé… Et à la fin d’une errance pour les patientes.

Ce qu’il en est aujourd’hui

L’étude remise en question

Plusieurs scientifiques remettent en question l’étude réalisée par Ziwig. Ils se basent sur deux points principaux. Primo, l’étude n’a pas été menée à l’aveugle. Secundo, le faible échantillon sur lequel elle a été réalisée, à savoir 200 femmes.

Selon Daniel Vaiman, directeur de recherches à l’Inserm : « Quand on fait une étude scientifique, la problématique est différente de celle de l’application d’un test à une population entière. En cela, le travail publié est encore préliminaire. Quand un grand effectif, à savoir plusieurs centaines de patientes et de contrôles auront été testés, cela permettra de s’assurer que le test fonctionne correctement et pas uniquement dans le cadre de l’essai. C’est le travail qui reste à faire » .

Du côté de l’association Info-Endométriose, sa vice-présidente pointe l’empressement de la start-up : « c’est un peu la même chose que pour l’hydroxychloroquine. Il s’agit d’une étude préliminaire qui pourrait être prometteuse, mais qui devra être appuyée par des études à plus grande échelle avec plus de rigueur dans la méthodologie scientifique. De plus, la communication a été faite trop en amont de résultats probants » .

Mise en circulation

Voilà peut-être pourquoi le test n’est pas encore disponible en France à l’heure actuelle… Mais il l’est déjà en Suisse depuis le 1er juin au prix de 760,36 € non-remboursé.
Dans l’Hexagone, sa mise en place sur le marché et son remboursement sont encore à l’étude. Cependant aucun agenda n’a encore été annoncé. Ce qui n’empêche pas néanmoins plus de 10 000 patientes de s’être enregistrées sur le site de la start-up afin « d’être alertées, dès que le test sera disponible » indique l’entreprise dans un communiqué.

Réaction de Ziwig

La start-up reste confiante. Elle explique sur madmoizelle.com être en lien avec la HAS et qu’une nouvelle étude menée sur 1000 femmes et en lien avec une quinzaine d’hôpitaux est en cours.

Rappel

L’une des particularités de l’endométriose réside dans la difficulté, pour les professionnels de santé, à poser un diagnostic. Pour faire face à cette situation, l’endométriose bénéficie depuis cette année d’un plan national de lutte. En effet le 11 janvier 2022, Emmanuel Macron annonçait sur les réseaux sociaux le « lancement de la première stratégie de lutte contre l’endométriose« .

Ceci étant, après cette annonce présidentielle, notre laboratoire de réparations de sondes relayait l’avis d’un professionnel de santé qui pense que c’est un bon premier pas… Mais qu’il faut aller encore plus loin. Le médecin radiologue, fondateur et responsable du centre de l’endométriose du groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, Erick Petit explique que l’amélioration de la prise en charge de l’endométriose passe par deux étapes : la sensibilisation et la formation.